Post-exploitation

btn_visiteSite

rssmail

Le SMET 71 gère trois installations de stockage des déchets qui ne reçoivent plus de déchets mais qui doivent être suivies et contrôlées pendant trente ans.

Les obligations du SMET en matière de contrôle et d’entretien varient selon la date de fermeture de ces sites :

Branges bassin et casier

1. Installation de stockage de Branges

Il s’agit du centre de stockage exploité par le SIVOM du Louhannais entre 1976 et 2003. De 2003 à 2005, le SMET a procédé à des travaux de remise en état.
En application de l’arrêté préfectoral du 5 janvier 2006, le SMET procède au débroussaillage du site deux fois par an, au contrôle de l’état des clôtures et du casier une fois par mois.
Le biogaz, émis à un débit très faible, est filtré par du charbon actif, afin d’éviter toute nuisance olfactive.
Les lixiviats sont acheminés vers un bassin puis traités en station d’épuration. Leur composition est contrôlée une fois par an.
Le SMET fait analyser l’état des nappes phréatiques deux fois par an et la qualité des eaux de ruissellement une fois par an.

 

2. Installation de stockage de Dampierre-en-Bresse

Carte 3 sites en post exploitation 2014

Il s’agit du centre de stockage exploité par le SICED Bresse Nord de 1982 à 1997. De 1997 à 2003, celui-ci a assuré le réaménagement et la post-exploitation du site. 

Deux fois par an, le SMET procède à l’entretien des fossés et au débroussaillage du périmètre.
Ce site n’émet plus de biogaz ni de lixiviats. Le SMET contrôle l’état des nappes phréatiques une fois par an grâce à 3 piézomètres.

3. Installation de stockage de CHAGNY - La Croissante

Il s’agit du centre de stockage exploité par la Ville de CHAGNY entre 1965 et 1981, puis par le SIRTOM de la Région de Chagny de 1981 à 1995 et transféré au SMET en 2003.
En application de l’arrêté préfectoral du 1er avril 1999, le SMET procède au débroussaillage du site deux fois par an et au contrôle de la sécurité générale du site une fois par semaine.
Le biogaz est récupéré puis brûlé en torchère. Le SMET contrôle l’état des nappes phréatiques une fois par an grâce à 3 piézomètres.